jeudi 19 octobre 2017

Réunion SPQR du 18 octobre à Paris


Vos élus de la CFE CGC étaient présents à la réunion de branche de la PQR du 18 octobre 2017. Dans un contexte particulier de survie de la branche, les partenaires sociaux se sont retrouvés à la demande des organisations patronales. En effet, pour exister, la branche doit négocier.

Le sujet du jour était d’examiner la proposition du patronat sur la révision des salaires minimums des grilles, avec une proposition d’augmentation de 0,4 %. Cette proposition qui ne concerne que très peu de cadres et encore moins de cadres à Ouest-France est complètement inadaptée à notre contexte.

Le constat est simple, depuis 2012, le salaire moyen des cadres de la presse quotidienne régionale a baissé alors que la moyenne des salaires toutes branches confondues ont augmenté de 3 %.

Pour information :



Comme la CFECGC s’y attendait dès le printemps, la réunion au SPQR n’aboutit pas sur les revalorisations des salaires réels. La CFECGC demande à la direction de Ouest-France de rouvrir au plus vite la NAO et de reconsidérer la réévaluation des salaires par une augmentation ou une prime.Comme nous l’avions déjà exprimé en septembre 2017.

lundi 16 octobre 2017

Cotations des emplois

Cotations des emplois « cadre » par la DRH : une clarification attendue mais limitée    

La DRH a présenté aux syndicats la cotation des emplois : les fiches d’emploi « cadre » ont été évaluées en se référant à la méthode de la convention collective des cadres de la PQR. 
La cotation s’échelonne de 280 à 450 points. Les nouvelles embauches peuvent déroger avec un minimum de 250 points autorisés par la convention collective, le plancher de 280 points devant être atteint dans un délai de 3 à 5 ans.

Cette clarification attendue et appréciée de la cotation des postes demeure théorique : 80 % des cadres à OF sont aujourd’hui au-dessus de la cotation minimum de leur emploi.
Néanmoins, elle permet aux cadres qui sont en dessous de bénéficier de la réévaluation de leur situation dès octobre , ainsi plusieurs cas pointés aux ventes par la CFECGC doivent bénéficier de cette révision.

Cependant, les perspectives d’évolution et de carrière demeurent opaques : les critères reposent sur une appréciation de la « valeur personnelle » dont les contours restent flous et sujets à scepticisme. L’atteinte des objectifs pour les postes commerciaux, ou l’acquisition de compétences pour intégrer les nouvelles technologies ne constituent pas de conditions suffisantes, il reste à mesurer « la valeur ajoutée » du salarié à son service, ce qui réduit considérablement la lisibilité des évolutions de carrière et laissent planer le doute sur l’appréciation.

La mobilité interne ne paraît pas non plus être une source d’évolution (et de motivation !) : même si la DRH s’y dit « très ouverte », elle avance que le contexte ne la favorise pas et se réfugie derrière le peu de « turn over » et le peu de remplacements des départs. Espérons que les réflexions dans le cadre de la GPEC feront évoluer ce constat manquant de perspective pour les salariés.

La DRH s’appuie plus sur les futurs projets de l’entreprise et la QVT comme sources de motivation.
En attendant, il reste l’interrogation de l’écoute apportée aux souhaits d’évolution émis par les cadres lors de leur entretien annuel et la lisibilité de leurs moyens d’évolution et de motivation.
Si vous estimez que votre rémunération n’est pas à la hauteur de votre investissement il est possible de prendre un rendez-vous avec votre Directeur de Ressources Humaines pour consulter avec lui un nuage de points de votre service. Vous pouvez aussi vous faire accompagner par un élu de la CFE-CGC , ou demander à la CFE-CGC de rencontrer la ou le DRH pour discuter autour de votre cas personnel et consulter le nuage de points.

dimanche 24 septembre 2017

Infos en bref



NAO

Télétravail
Lors de la NAO (Négociation Annuelle Obligatoire) la CFE CGC a renouvelé son souhait d’aller vers un accord  télétravail, la direction est d’accord pour une étude qui sera discutée lors de la future négociation QVT (Qualité de Vie au Travail).


CE

Nouveau calcul du coefficient familial
Les revenus immobiliers et les rentes vont être intégrés pour calculer le coefficient familial.

La saisie sera possible directement sur le logiciel du CE.


Les locaux informatiques
Concernant les locaux de l’informatique, la CFE CGC a interpellé la direction (Monsieur Echelard) sur l’urgence de prévoir des locaux qui permettront aux équipes informatiques (et notamment les services numériques) de travailler dans de bonnes conditions.Environs 50 personnes (salariés et sous-traitants) sont concernées à la plateforme numérique.
La direction est consciente du problème et promet de s’y atteler. Une piste est étudiée par la direction en attribuant des locaux du CTP à l’informatique.

mardi 12 septembre 2017

Loi travail

Impact dans 18 jours. 


Quels risques pour les salariés ?

  •  Vos primes d’ancienneté, de panier, de nuit pourront bientôt être baissées ou supprimées : faites le calcul.  Retirez vos primes de votre salaire mensuel, il vous reste combien ?
  •  Plafonnement des indemnités prud’homales, pour un employeur il saura par avance combien lui coûte un licenciement abusif. Le risque sera donc connu en avance : il pourra provisionner pour se débarrasser d’un salarié ou plusieurs.
  •  Le licenciement économique facilité : pour une entreprise de 300 salariés ou plus il ne faudra justifier que de 4 trimestres de baisse de chiffre d’affaires : avec un savant montage financier il sera alors facile de licencier.
  •  La fusion des instances qui a pour seul but de diminuer vos défenses.
Source :
http://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/remuneration-salaire/code-du-travail-pourquoi-votre-remuneration-pourrait-baisser_1940277.html

http://www.journaldunet.com/management/ressources-humaines/1165976-reforme-du-travail-loi-travail-ce-que-les-ordonnances-vont-changer/

http://www.lci.fr/loi-travail/ordonnances-macron-loi-travail-mes-primes-anciennete-nuit-panier-interessement-sont-elles-en-danger-2063154.html


Syndicats, salariés, hommes, femmes : on en reste là et on attend ? Allons-nous attendre en se disant «  On verra bien », mais que ferons-nous quand il sera trop tard. On subira !!!


On peut toujours se cacher derrière le « ça n’arrive qu’aux autres , dans mon entreprise ce n’est pas comme ça ». Seulement les temps changent….

jeudi 20 juillet 2017

Réforme du Code du travail : ce qui vous attend à la rentrée.


Du 20 juillet au 22 août, la CFE-CGC mène une campagne de communication visant à alerter l’opinion sur les dangers majeurs induits par la réforme du Code du travail, qui va pousser les salariés vers une précarisation accrue.




Cette campagne déclinera huit thèmes selon le calendrier suivant :

  • jeudi 20 juillet – Rémunérations

  • Mardi 25 juillet - Contrat de travail

  • Jeudi 27 juillet - CDI de chantier

  • Mardi 1er août - Licenciement économique

  • Jeudi 3 août - Représentation du personnel

  • Jeudi 10 août - Santé au travail

  • Jeudi 17 août - Indemnités prud’homales

  • Mardi 22 août - Référendum d’entreprise 


mardi 11 juillet 2017

CE du 11 juillet 2017



Maintien des compétences et de l'employabilité des cadres et tout particulièrement des salariés de l'informatique.

Alors que les organisations syndicales ont insisté, à l'occasion du comité d'entreprise 11 juillet, sur la persistance de la précarité à Ouest-France, Monsieur Gabreau a mis l’accent sur la dizaine de recrutement qui a eu lieu à l’informatique pour nous permettre d’être à la pointe au niveau des compétences dans les nouvelles technologies.

La CFECGC est évidemment favorable à l’embauche mais les élus ont attiré l‘attention de la direction sur l’importance de former les salariés de l’informatique à ces nouvelles technologies. Les salariés ont souvent l’impression de ne pas être sollicités sur les projets de pointe et de consacrer la totalité de leur temps au maintien d’outil spécifique à Ouest-France. Pour la CFECGC, il ne peut pas y avoir deux catégories de salarié dans les équipes informatiques. Ceux qui travaillent sur les projets innovants et ceux qui gèrent le quotidien sur des outils vieillissant.


Monsieur Echelard a été très attentif à cette remarque et a promis de veiller à ce qu’aucun salarié de l’informatique ne soit exclu de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

« Nous gagnerons collectivement » a affirmé Monsieur Echelard qui a précisé que l’entreprise ne souhaitait pas avoir des mercenaires qui vont d’entreprise en entreprise. Pour Monsieur Echelard, un salarié qui commence à l’informatique doit pouvoir aussi évoluer vers d’autres métiers de l’entreprise.


Monsieur Kling a promis de ne pas baisser la garde sur le processus de GPEC.

Souhaitant que les réalisations soient à la hauteur des déclarations d’intention…et que la GPEC s’adresse à tous, au-delà des informaticiens.


mercredi 21 juin 2017

Résultats du sondage sur le droit à la déconnexion


Avec l’arrivée du numérique dans le monde du travail, ce sont les modes de travail qui évoluent. Les salariés sont de plus en plus « connectés » en dehors des heures de bureau, la frontière entre vie professionnelle et personnelle n’est pas toujours claire. Pour s’adapter à cette réalité et créer les protections nécessaires à la santé physique et mentale des salariés, un droit à la déconnexion a été inscrit dans la loi.

Ouest-France va engager des discussions le 22 juin avec les partenaires sociaux afin de définir les modalités selon lesquelles le salarié pourra exercer son droit à la déconnexion. Ces discussions devraient aboutir à la mise en place d’une charte qui devra prévoir la mise en œuvre à destination des salariés et du personnel d’encadrement et de direction, d’actions de formation et de sensibilisation à l’usage des outils numériques.


Vous avez été nombreux à répondre et la CFE CGC vous en remercie. Nous relayerons vos remarques à la direction pour essayer de construire un accord qui reflétera au plus près vos intérêts.

                                Retrouvez les résultats du sondage en cliquant ici

dimanche 11 juin 2017

Droit à la déconnexion


Avec l’arrivée du numérique dans le monde du travail, ce sont les modes de travail qui évoluent. Les salariés sont de plus en plus « connectés » en dehors des heures de bureau, la frontière entre vie professionnelle et personnelle n’est pas toujours claire. Pour s’adapter à cette réalité et créer les protections nécessaires à la santé physique et mentale des salariés, un droit à la déconnexion a été inscrit dans la loi.

Ouest-France va engager des discussions avec les partenaires sociaux afin de définir les modalités selon lesquelles le salarié pourra exercer son droit à la déconnexion. Ces discussions devraient aboutir à la mise en place d’une charte qui devra prévoir la mise en œuvre à destination des salariés et du personnel d’encadrement et de direction, d’actions de formation et de sensibilisation à l’usage des outils numériques.


Avant d’entamer les discussions avec la direction, nous souhaiterions vous soumettre ce sondage pour mieux appréhender la situation des cadres de Ouest-France selon les services.



vendredi 2 juin 2017

Point avancement sur la NAO 2017


La CFE CGC vous a sollicité à plusieurs reprises pour que vous vous exprimiez sur différents sujets qui concernent l’actualité sociale de Ouest-France. Vos réponses nous ont permis d’être plus pertinents dans le dialogue avec notre direction.

Concernant la négociation annuelle obligatoire, vous nous avez transmis un certain nombre de questions et de demandes. Certaines ont été retenues et ont été traitées dans les instances délégation du personnel, CE ou CHSCT.

Concernant les questions qui ont été traitées en négociation annuelle obligatoire, nous souhaitions faire un point d’étape avec vous.
Rappel des questions de la CFE CGC :

Compte rendu de la NAO 2017: séance du  24 mai 2017

Concernant les salaires, la réunion prévue initialement le 17 mai au SPQR a été reportée au 27 juin.

PERCO :
Le plan d'épargne pour la retraite collective (Perco) est un dispositif d'entreprise qui permet aux salariés de se constituer une épargne salariale. Le salarié peut, s’il le désire verser 10 jours maximum de son CET (compte épargne temps) vers le PERCO. Les sommes sont bloquées jusqu'à la retraite, sauf cas de déblocage exceptionnel. Au moment de la retraite, les sommes sont disponibles sous forme de rente ou sous forme de capital.
La CFE-CGC a demandé la mise en place d’un PERCO lors de la NAO 2016.
Après avoir étudié l’offre de Natixis, La direction l’a validé.
Pour finaliser la mise en place de cette nouvelle épargne salariale, Il faudra un avenant à l’accord participation, à l’accord CET et un accord majoritaire pour la valider. Cette nouvelle épargne sera complémentaire au PEE déjà existant.

Congé enfant malade : réponse favorable de la direction à notre demande 
Rappel de notre demande : 2 jours par enfant et par an et non plus 1 jour par an et pour les enfants de moins de 3 ans on avait demandé 3 jours.

Don de RTT par les salariés à un salarié dont le conjoint est malade : La réponse de la direction est que la loi ne permet pas d’étendre au conjoint malade ce dispositif existant déjà pour les enfants malades (risque d’exposition à du travail dissimulé).
Cette réponse ne nous satisfait pas car nous avons constaté qu’il y avait eu des accords dans certaines entreprises qui validaient cette possibilité.

Télé travail : l’entreprise ne souhaite pas l’étendre pour le moment mais va se renseigner au niveau de la branche pour voir ce qui peut être fait.


Rappel :
Compte rendu NAO 2017 : séance du 26 avril 2017


Concernant les salaires
Une rencontre au niveau du SPQR aura le 17 mai pour discuter des salaires donc la direction attend cette réunion pour refixer une date pour évoquer cette question.

Concernant la négociation dans le secteur des ventes :
Une date a été fixée pour une première réunion. (26 juin 2017)

Concernant les primes pour les tuteurs :
L’entreprise ne souhaite pas gratifier les salariés qui s’investissent dans ce type de mission. Pour notre information, aujourd’hui, l‘entreprise verse 600 000 euros à l’OPCA et elle récupère 150 000 euros. Il y a aujourd’hui 80 stagiaires en contrat de professionnalisation.

Revalorisation des astreintes :
Elle restera à 2€30 de l’heure. On peut peut-être envisager une petite revalorisation (toute petite) dû à une valorisation un peu supérieure à l’industrielle (cette valeur n’a pas pu être précisée par la direction).
On a aujourd’hui une inégalité de traitement, on ne connaît pas les critères qui font qu’une astreinte est plus payée qu’une autre.

jeudi 11 mai 2017

Réorganisation des ventes : la stratégie de l’entreprise se précise


Philippe Toulemonde l’a annoncé lors du CE du 11 mai. A partir de septembre 2017, une nouvelle organisation va être testée dans la Sarthe. Il n’y aura plus qu’un seul responsable de promotion qui s’occupera de Ouest-France et du Maine-libre. Jusqu’à présent, il y a un responsable de promotion pour le Maine Libre et un responsable de promotion pour Ouest-France qui travaille pour la Sarthe et l’Orne. Le responsable de promotion qui s’occupe aujourd’hui, à Ouest-France de la Sarthe et de L’orne aura une nouvelle mission sur l’orne et le siège.

Cette annonce nous apporte un éclairage sur la future politique de l’entreprise et du groupe sur les économies envisagées grâce à la mutualisation à l’intérieur de l’entreprise et dans le groupe. Cette politique s’inscrit aussi dans la continuité de la stratégie mise en place avec la réorganisation des ventes entamée au printemps 2016.

Les élus de la CFE-CGC souhaitent que la négociation que nous allons commencer en juin 2017, soit l’occasion pour la direction de dévoiler les évolutions envisagées pour les services des ventes qui ont et qui auront des répercussions sur les conditions de travail, la charge de travail et sur les effectifs en termes de CDD et de CDI.

La CFE-CGC souhaite aussi que cette négociation soit l’occasion pour la direction de revoir les salaires et de prendre des mesures efficaces pour assurer la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences des salariés de ces services.

mardi 25 avril 2017

Gestion des emplois et des compétences


La CFECGC est impliquée depuis longtemps sur les thématiques de "qualité de vie au travail " (QVT) et de la "gestion des emplois et des compétences" (GPEC).

Nous pensons que les fiches d'emploi, qui sont créés ou mises à jour à l'heure actuelle par la DRH, doivent refléter le plus fidèlement possible la réalité de vos métiers.

C'est important que chaque métier corresponde à la bonne classification, au bon salaire, et qu'il n'y ait pas d'écart entre le travail prescrit par votre hiérarchie et ce que vous faites réellement au quotidien.
Pour poursuivre, et continuer notre démarche GPEC de manière objective, nous vous proposons ce questionnaire :

PS : vous pouvez consulter la liste des fiches emploi en vigueur  sur l’intranet :
menu : actualites puis mobilite et enfin gpec


jeudi 16 mars 2017

Réorganisation des ventes et de la logistique : La direction accepte d'ouvrir une négociation


A la demande de la CFE-CGC et suite au courrier adressé par notre syndicat à Monsieur Echelard, la direction a accepté d'ouvrir une négociation pour les services logistique distribution, commerce et promotion du contenu. 

Monsieur Gabreau l’a annoncé. La direction va convoquer prochainement les organisations syndicales représentatives pour ouvrir cette négociation. 

Depuis l’automne 2015 où nous avions sollicité la direction pour ouvrir cette négociation, les organisations ont encore évolué, le recours aux CDD et aux contrats pros pour remplacer des postes occupés auparavant par des CDI se sont généralisés et les salariés de ces services sont de plus en plus sollicités pour pallier à de nouvelles contraintes d’organisations. 

L’absence de hiérarchie de proximité, conséquence directe des nouvelles organisations, a complexifié aussi le travail au quotidien des personnels travaillant dans les départements qui ont vu leurs taches évoluer et leur responsabilité s’accroître.

Cette négociation pourra aussi permettre de consolider la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences de ces personnels.

Enfin, on devra prendre en compte le coefficient des salariés de ces services, dont le salaire moyen reste largement en dessous du salaire moyen des cadres.

vendredi 18 novembre 2016

Résultats elections professionnelles 2016

Le collège cadre n’a pas choisi l’abstention


Vous avez été nombreux à vous exprimer à l’occasion de ces élections professionnelles, plus nombreux que d’habitude. C’est un signal fort en direction de nos dirigeants.
Les salariés de Ouest-France sont inquiets. Là où chacun se sentait encore protégé, il y a quelques années, on a le sentiment aujourd’hui que tout peut arriver.
Le départ de Monsieur Hutin qui a quitté son poste de président du CE puis celui, dernièrement, de président du journal Ouest-France donne le signal de grands changements. Pour beaucoup, Monsieur Hutin était le garant.

Mais il y a aussi le démantèlement du groupe SPIR communication dont l’ampleur, relayée par la presse spécialisée ne fait que renforcer nos craintes.

Les projets s’accélèrent, les mutations technologiques aussi et dans des délais de plus en plus réduits. Local 2018 qui n’est pas seulement un projet rédactionnel mais un profond bouleversement de tout le journal et de nos organisations du travail. Les salariés ont besoin d’être écoutés, les cadres intermédiaires, rouages de la communication descendante de la direction, doivent aussi être à l’écoute de leur équipe.

C’est révélateur du fonctionnement actuel de l’entreprise et du malaise ambiant.
Dans ce contexte, notre rôle à nous, élus du CE, de la DP, du CHSCT sera de relayer à notre direction générale ce sentiment d’insécurité mais également de tout faire pour éviter ou freiner la casse sociale. Nous devrons nous battre pour préserver les acquis mais aussi le pouvoir d’achat des cadres. Ne l’oublions pas, depuis 2012, il n’y a plus d’augmentations collectives. C’est clair, le pouvoir d’achat des cadres a baissé. Les primes, c’est insuffisant. Il va falloir revoir le bas de la grille cadre, négocier des paliers et des échéanciers de progression pour permettre à ceux qui ont des salaires planchers d’avoir une perspective de progression. Il faudra aussi compléter et améliorer nos solutions d’épargne salariale.

Il va falloir aussi se battre pour préserver l’employabilité de chacun avec des formations adaptées et des emplois adaptés.

C’est dans cet esprit que nous allons essayer de mener à bien notre rôle de représentant du personnel en privilégiant, comme ça a toujours été le cas à la CFE-CGC, le dialogue et la concertation. Nous continuerons à être votre relais vers la direction et vous sollicitant régulièrement au travers de sondages et nous vous informerons des orientations de l’entreprise afin de négocier au plus près de vos intérêts.

Résultat de la CFE-CGC à l’élection professionnelle :